Learning Expedition / Chapitre 3 – Les Pays Baltes : un peu d’Histoire

Pour beaucoup, Lettonie, Estonie et Lituanie sont trois pièces interchangeables d’un même puzzle : les pays baltes. Si la géographie trouve une logique à cette appellation pour ces trois pays qui bordent la mer Baltique,  cette dénomination unique tend vers un risque : celui de vous faire croire que ces trois États sont intrinsèquement liés et qu’ils n’existent pas distinctement les uns des autres. Il nous a alors paru essentiel de vous parler de l’histoire des pays baltes, ou plutôt des histoires, de ces états encore  méconnus. Alors avant d’embarquer vers Tallinn et Riga, permettez-nous de vous proposer une courte escapade dans l’Estonie et la Lettonie des siècles passés.

Les territoires que l’on connaît actuellement à l’Estonie et à la Lettonie ont connu un renouvellement perpétuel d’influence des grandes puissances et de périodes d’occupation. Vikings, Suédois, Danois, Allemands et Russes ont tour à tour pris possession de ces territoires, au gré des conquêtes et des guerres.

La première unification du territoire survient en 1228, lorsque le pape Guillaume de Modène crée la Confédération Livonienne, un ensemble de petits étatsrépartis sur l’actuelle Lettonie et une partie de l’Estonie. Ce territoire de la Livonie est un légat papal, destiné à apaiser les conflits entre l’Eglise et l’ordre des Chevaliers Porte-Glaive, un ordre de « moines guerriers » germaniques. Le territoire prospéra, malgré de nombreux conflits armés entre les Chevaliers et les Etats ecclésiastiques pour des questions de contrôle du territoire, et s’étendit même au Nord en 1346, par l’achat de l’Estonie du Nord au Danemark, retraçant ainsi plus ou moins les frontières actuelles.

La chute de la Confédération de Livonie fut précipitée par des logiques politiques internes reflétant l’ambition du tsar de Russie à installer l’un de ses favorable à la tête de la Confédération. En 1558, alors que tensions sont à leur comble, l’assassinat d’un émissaire russe précipite le déclenchement de la guerre de Livonie. Une guerre avec les pays nordiques entraine ainsi la chute de la Livonie en 1567. Alors que la ville de Riga bénéficia de la protection de Sigismond II Auguste, roi de Pologne et Grand-Duc de Lituanie et devint une ville impériale libre à la fin du règne du dernier archevêque, le reste du pays fut partagé entre la Suède, le Danemark, l’union Polo-Lituanienne et le duché de Courlande (vassal de la Pologne-Lituanie).

Dès 1582, les destins de la Lettonie et de l’Estonie se séparent, pour se recroiser au cours de la Grande Guerre du Nord (1700 – 1721) qui opposa la Russie et le Danemark à la Suède. C’est cet épisode qui scellera plus de 200 ans d’histoire commune. La défaite de la Suède laissant à la Russie le statut de puissance principale sur la mer baltique, les traités de Stockholm (1719) et de Nystad (1721) cédèrent la Lettonie (toujours Livonie à cette époque) et l’Estonie à la Russie.

Suite au traité de Brest-Litovsk, les pays Baltes furent cédés à l’Empire Allemand. Ils furent à nouveau annexés par la Russie, sous couvert d’un plébiscite organisé dans les Etats Baltes. Occupés par la Wehrmacht dès 1941 puis repris en 1944, les deux pays furent ensuite annexés sous le statut de république socialiste soviétique sous l’URSS.

Depuis la dislocation de l’URSS en 1991, l’Estonie et la Lettonie ont acquis leur indépendance à l’issue d’un processus pacifique. Dans une logique d’indépendance à l’égard de la Russie, Estonie et Lettonie ont adhéré à l’OTAN ainsi qu’à l’Union Européenne en 2004. Dans la continuité logique, l’Estonie a intégré la zone euro en 2011, suivie par la Lettonie en 2014.

 

Posted on: 15 mai 2017, by : M2 GRH Multinationales