Réflexions sur la publication d’André PERRET : Quel futur pour les formations RH ?

Alors que l’on parle de plus en plus du rôle stratégique des ressources humaines et de son rôle de business partner, il apparaît intéressant d’observer les modalités des formations conduisant à une carrière en RH.

Il est vrai que le côté “humain” est très souvent cité par les étudiant(e)s lorsqu’on leur demande pourquoi ces derniers ont choisi les RH. Cependant, la fonction a évolué et elle n’est plus simplement sociale et administrative.

Malheureusement, cette dernière est trop souvent perçue comme sociale (s’occuper des salariés), administrative (paie, gestion du personnel) ou punitive (licenciement). L’étude Cegos de 2016 confirme en partie ce constat : les salariés ont une vision différente des RH que les principaux intéressés.

Avant de réfléchir aux éventuelles améliorations à apporter aux formations RH, une question en apparence simple mais finalement assez complexe se pose : quels sont les savoirs, savoir-faire et savoir-être nécessaires à un futur cadre RH ?

Il apparaît clair que certains enseignements sont essentiels : droit social, recrutement, formation, paie… mais qu’en est-il des soft skills ? Est-ce logique que très peu de formations RH accordent de l’importance à ce champs de compétences alors que nous sommes censés optimiser aux mieux les ressources de chacun ?

Les étudiants en RH sont trop souvent cloisonnés et ont des difficultés à se doter d’une vision globale. En effet, ces derniers ont parfois tendance à ne pas comprendre les enjeux du business.

 

Selon nous, les principaux axes d’amélioration en matière de formation RH concernent :

  • une meilleure articulation entre théorie et pratique,
  • un renouvellement des contenus en fonction de l’actualité RH et économique,
  • mettre davantage en avant l’alternance,
  • possibilité d’un feedback objectif par les étudiants grâce à une évaluation à froid des interventions des professionnels,
  • de la pratique, des cas concrets, de la mise en situation lors des cours,
  • des évaluations en mode projet et non plus des partiels mobilisant le “par cœur”,
  • des mises en situation correspondant à la réalité des organisations (stress, budget limité, gestion des priorités… etc),
  • des business games,
  • des journées inter promotions pour avoir une vision plus globale de l’ensemble des métiers de l’entreprise (exemple : des rencontres entre RH et finances, marketing, communication…etc),
  • sensibiliser les étudiants à l’importance du réseau professionnel,
  • développer leur curiosité RH (participation à des conférences, des séminaires, intérêt pour les blogs et la presse RH…etc),
  • revisiter certaines méthodes de formation : au delà des monologues, des échanges entre les intervenants et les étudiants, cours inversés (modules faits par les étudiants et complétés par l’intervenant).

Faites vous votre avis ICI

Posted on: 30 janvier 2017, by : M2 GRH Multinationales